"Et vous, que faites-vous dans la vie ?"


Cette question typiquement française, personne n’y échappe. Elle conduit à d’étranges réactions surtout lorsque les conjoints n’ont pas d’activité dite… lucrative. L’étiquette sociale passe par le travail. Les personnes et la société se chargent de le rappeler : « Et vous, que faites-vous dans la vie ? »
La réponse taraude les uns et les autres. Que faut-il répondre lorsque l’individu, (lui ou elle, grand maître en matière de travail !), bien planté devant vous ou bien assis juste à coté lors du diner de charité organisé par l’incontournable association de bienfaisance locale, pose la sempiternelle question : « Vous travaillez ? ».
En dehors de toute explication financière, accepté d'arrêter de travailler pour suivre ou pour soutenir mari ou femme et famille, le choix est un cheminement intellectuel et une affaire de couple ou de foyer. La décision n’est pas sans conséquence. Le sacrifice peut devenir insurmontable et être assimilé à un manque difficile à combler (si, si, je connais des cas !).
Le plus simple reste de ne pas se faire des noeuds dans la tête et de transformer la retraite forcée en retraite… dorée. Et si les interlocuteurs ne comprennent pas, ce sont eux qu'il faut plaindre. Les pauvres, dans leur esprit, travailler signifie exclusivement, gagner sa vie, rémunération ! Alors que dans la VRAIE vie il y a les activités, l'épanouissement de soi, la réalisation personnelle, le bien être... et ces termes peuvent aussi bien être attribués au conjoint non salarié qui, cela étant dit en passant, est tout à fait disposé à retrouver le chemin de l’entreprise, d’ailleurs !
Donc, la vraie question est de savoir ce que l'on entend par travailler! A la question "et toi tu fais quoi dans la vie?" ne vaut-il pas mieux répondre par une question "Qu'entends-tu par faire quoi dans la vie?"

2 commentaires:

  1. Dorothée Michaud5/18/2012 10:35 PM

    Véronique, je suis parfaitement d'accord avec toi. Je pense surtout qu'avec ce gendre de question, nos interlocuteurs - si brillants dans leur travail - cherchent à se faire valoir eux-mêmes. Pourtant, nous faisons tous beaucoup de choses qui ne sont guères rémunératrices, monétairement parlant. La vraie question est en fait de savoir si l'argent doit toujours être au coeur de cette interrogation.

    Une bonne technique pour le boureau du travail qui nous sonde, c'est de lui donner une réponse multiple (dans mon cas : enseignante, étudiante à la maîtrise universitaire, mère de famille, décoratrice/paysagiste - chez moi - chauffeur,... )nommez-les, je suis sûre que pour tous, la réponse est multiple : nous ne nous résumons pas à une activité (professionnelle ou non)... et c'est très bien comme ça.

    Cela dit, la pire question du genre à laquelle j'ai eu droit c'est "et votre mari il fait quoi dans la vie ?". Moi, on ne se posait pas la question, mais mon mari, c'était primordial !

    à bientôt

    Dorothée

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi n'ai-je pas répondu à ton superbe commentaire Dorothée? Erreur? Réponse faite ailleurs?... Depuis tout ce temps, je ne sais plus. Je voulais cependant, apporter mes remerciements pour ta reflexion bien pertinente. Promis, ton prochain commentaire, j'y réponds plus vite!
    Bisous

    RépondreSupprimer

Vous aimez? Vous avez un avis à donner?
Ecrivez-le!
Merci beaucoup!